Accueillir et loger
08/02/2017 | Crédits photos : © Séb!Godefroy

Depuis sa création la Fondation Abbé Pierre s’est préoccupée de la situation des personnes sans-abri et mal logées. Elle a orienté son action prioritairement en direction des personnes vivant à la rue.

Avant même sa constitution officielle, l’Abbé Pierre et l’équipe qui l’entourait ont souhaité apporter des réponses concrètes aux personnes en errance. L’une des premières réalisations de la Fondation Abbé Pierre a été la mise en place et l’accompagnement des Boutiques Solidarité (nom donné aux accueils de jour par l’Abbé Pierre). Lors d’une conférence de presse donnée à Paris en novembre 1990, l’Abbé Pierre annonce le projet d’ouvrir des Boutiques Solidarité. La première ouvre ses portes à Marseille le 18 novembre 1991, la deuxième le 2 décembre à Valenciennes. Nord ou Sud du pays, les besoins sont immenses et le réseau se développe rapidement les années suivantes à Beauvais, Perpignan, Toulon, Bourges, Chartres, Clermont-Ferrand, sur l’Île-de-la-Réunion…

« Les Boutiques Solidarité, c’est l’accueil de tous, l’accueil anonyme mais chaleureux, autour d’un café, pour une discussion, pour une douche, un peu de repos. C’est un lieu de parole, une adresse, une maison, celle peut-être que l’on n’a pas eue, un tremplin pour repartir avec de meilleures chances. (…) En créant les Boutiques Solidarité, nous avons eu les audaces que n’avaient pas les hommes politiques. Il y a à la fois des forces d’égoïsme et de la compassion dans la société. Il faut qu’il existe des initiatives privées, insolentes, qui dénoncent  l’urgence pour que l’opinion puisse s’y intéresser et faire pression. » Abbé Pierre

Ces lieux d’accueil, animés par des équipes de bénévoles et de salariés, de partenaires et aussi de personnes en situation de grande vulnérabilité, reçoivent chaque jour, de manière anonyme et inconditionnelle.

Les personnes reçues peuvent se poser, se reposer, prendre une collation, une douche, laver leur linge, être écoutées, orientées, accompagnées. Au fil du temps, les personnes accueillies retrouvent peu à peu confiance et s’inscrivent dans une nouvelle dynamique, recherchent un hébergement ou un logement, font valoir leurs droits fondamentaux.

Aujourd’hui plusieurs centaines de lieux sont implantés en France. La Fondation Abbé Pierre apporte son soutien à nombreux d’entre-eux et plus particulièrement aux 30 Boutiques Solidarité qui composent son réseau.  

Malgré les efforts portés par les équipes des Boutiques Solidarité et plus globalement par les acteurs de la lutte contre les exclusions, de nombreuses personnes sans abri restent malheureusement sans réponse.  Soucieuses de cette situation, les équipes de la Fondation Abbé Pierre, en lien avec les acteurs associatifs, ont développé un nouveau dispositif appelé « Pension de famille ». Ce sont des lieux de vie qui permettent à celles et ceux dont le parcours de vie a été chaotique, de reprendre confiance en eux et de s’installer dans la durée. Dans ces résidences, la vie collective et l'intimité de chacun sont étroitement liées et préservées au quotidien. En effet, chaque habitant peut à la fois, profiter d’un logement privatif et bénéficier d’espaces partagés permettant de lutter contre l’isolement.

Le projet social porté par l’association gestionnaire, l’engagement des hôtes, l’invitation faite aux habitants de s’impliquer dans l’organisation de  la vie quotidienne de ce lieu permet aux habitants de reprendre une vraie place de citoyen et de rompre avec l’isolement qui les touche très fréquemment.

Depuis 2000, 800 Pensions de famille – Maisons relais ont vu le jour équivalent à 15 000 places. La Fondation Abbé Pierre a soutenu au cours de la même période 216 projets de Pensions de famille. Elle accompagne plus particulièrement un réseau composée d’une quarantaine de structures réparties sur le territoire national.

En complément de ces actions, la Fondation Abbé Pierre a poursuivi son analyse des besoins des personnes en situation de grande fragilité, privées de domicile. Elle  a engagé un travail de recueil de bonnes pratiques réalisées par des acteurs associatifs afin de faciliter l’accès au logement de ces personnes. Ce programme intitulé « Un domicile fixe et décent pour tous » permet d’affirmer que l’accès à un logement est le point de départ d’une insertion dans la société et non l’aboutissement d’un parcours résidentiel trop souvent chaotique.  La Fondation veut promouvoir à travers ce programme le « logement d’abord ».  Une dizaine d’associations constituent ce  nouveau réseau et expérimentent, modélisent ce qui devrait être la réponse de demain.